L’impatience de Barton

19 fév 2013 Par 
Frédéric Rostain
Photos © 
Y. Parienti
Le milieu de terrain anglais va vivre, sur le terrain, son premier Clasico, ce dimanche au Parc des Princes. Lui qui a vécu de multiples derbys en Angleterre est impatient d’affronter le PSG.

De son Angleterre natal, Joey Barton avait déjà entendu parler du Clasico à la française avant même de poser ses valises à Marseille. Même si la Ligue 1 est peu diffusée outre-Manche, les images de cette affiche entre les deux meilleurs ennemis du championnat de France ont déjà franchi le « Channel ». « C’est quelque chose de connu, avoue-t-il. Ce sont deux très grands clubs de football, les deux plus grands en France. J’ai la chance de jouer pour le plus grand des deux, celui qui a la plus grande histoire, qui a gagné la Champions League.  C’est le plus grand match en France et le plus grand en Europe ce week-end. Je suis impatient de jouer mon premier Clasico. »

Le milieu de terrain anglais a eu un avant-goût de l’engouement suscité par un Clasico lors du match aller au stade Vélodrome, lorsqu’il purgeait sa suspension de douze matches. « J’ai suivi ce match au milieu des supporters au stade Vélodrome. J’étais bien placé pour vivre l’ambiance du stade. »
Après dix saisons passées en Premier League, les grosses ambiances ne l’effraient plus, au contraire. « J’ai vécu des Manchester City-Manchester United, des Sunderland-Newcastle ou des QPR-Chelsea. L’ambiance électrique ne me dérange pas, c’est même la normalité pour moi. Je suis expérimenté, je connais la musique. Il n’y a rien de nouveau pour moi au sujet des derbys.»
Joey Barton est bien plus préoccupé par le match en lui-même, le résultat et les conséquences au classement. Avec un succès, l’OM reviendrait à deux longueurs du PSG. L’occasion est donc belle de redonner du suspense à la course au titre. « La saison a déjà donné beaucoup de surprises et de tournants. En plus nous ne sommes pas du genre à laisser tomber. Lyon non plus d’ailleurs. Nous restons motivés et concentrés même si nous n’avons pas été très forts lors des derniers matches. Cette semaine peut changer notre saison. Si nous gagnons dimanche et que nous nous qualifions mercredi, toutes les données seront changées. La pression est sur Paris. Même sans superstars comme au PSG, nous sommes solidaires et quand on joue comme une équipe, nous jouons bien. Le coach a su générer un super état d’esprit dans l’équipe et les victoires dans les dernières minutes démontrent ce caractère.»

Clasico

Actualités Équipe pro

ven 24 fév

La séance du 24 février 2017 en photos

La séance du vendredi 24 février 2017 était ouverte au public. A 48 heures de la réception du PSG dans le cadre de la 27e journée de Ligue 1 2016-17, les supporters ont pu assister à un entraînement et approcher leurs idoles de très près.
ven 24 fév

OM-PSG : La conf’ de Rudi Garcia

Saison 2016-17 – Ligue 1 – 27e journée – OM-PSG : la conférence de presse de l’entraîneur marseillais Rudi Garcia.
ven 24 fév

15 h - Le flash du 24 février 2017

Toute l'actualité de l'OM à deux jours de la réception du PSG est dans le Flash.
ven 24 fév

Séance en public à deux jours du choc

Les supporters olympiens ont pu assister ce vendredi à la séance des hommes de Rudi Garcia.
ven 24 fév

Ligue 1 - 27e journée : les résultats

Saison 2016-17 - Ligue 1 - 27e journée : les résultats.
Aujourd'hui

Trapp : «Un match très particulier»

Le gardien du PSG, Kevin Trapp, aborde sereinement, mais sans se mouiller, la rencontre face à l’OM ce dimanche (27e journée de Ligue 1 2016-17). Le gardien allemand garde également un bon souvenir du match au Parc des Princes la saison passée.
Aujourd'hui

OM-PSG : l'historique des confrontations

Même si l'OM n'a plus gagné à domicile face au PSG depuis la saison 2011-12, les Marseillais dominent l'historique des oppositions.
Aujourd'hui

OM 1-0 PSG (1988-89) : le but de Franck Sauzée

Avant le OM-PSG de dimanche (saison 2016-17 - Ligue 1 - 27ème journée), OM.net vous fait revivre des buts mythiques de l'OM face au Paris SG à domicile. On commence avec le boulet de canon de Franck Sauzée en 1988-89.