Cazadamont/Drapeaux : «Un ordre de la préfecture»

24 nov 2012 Par 
E.J.
Photos © 

Suite au match contre Fenerbahçe jeudi soir au Vélodrome (0-1), le directeur de la sécurité et de l’organisation Guy Cazadamont a tenu à réagir après des accusations relayées par la presse concernant la supposée interdiction des drapeaux grecs au stade. «Le club et moi-même sommes attaqués depuis hier (vendredi) mais nous n’avons jamais interdit les drapeaux grecs au Vélodrome. Seulement, jeudi au Vélodrome, quand des drapeaux grecs ont été sortis par les supporters marseillais de Brava Massalia, les Turcs ont commencé à arracher des fauteuils et à créer des heurts. La police a voulu monter en tribunes par l’intermédiaire de la SIR (section d’intervention rapide) pour enlever les drapeaux grecs mais, après discussions, je les ai convaincus d’envoyer plutôt les stadiers pour demander de rentrer ces drapeaux car ça commençait vraiment à chauffer, nous a-t-il expliqué, il s’agissait là d’un ordre venu de la préfecture et pas de l’OM. C’est le Préfet lors de la réunion d’avant-match qui avait interdit tous drapeaux politiques et comme il y a eu des incidents, on nous a demandé de les enlever.»
«Il n’y a jamais eu de problème à Marseille avec les drapeaux nationaux de tout pays. On n’a d’ailleurs pas enlevé des drapeaux qu’aux Marseillais comme on nous en accuse. Nous avons fait retirer des drapeaux aux supporters turcs mais nous avons ensuite été trop pris par les nombreux incidents» ajoute-t-il, expliquant être «désolé envers les supporters pour ce match et la tournure qu’il a pris.»
«Ces accusations me dérangent et je vais demander à rencontrer le leader de Brava Massalia pour en discuter avec lui dimanche après-midi car je suis prêt au dialogue, poursuit Guy Cazadamont, je suis désolé de voir de tels écrits car nous avons toujours considéré ce groupe comme tous les autres groupes, ils ne sont pas mis de côté. Et on ne les a d’ailleurs jamais mis dehors jeudi lors du match, ce sont eux qui ont souhaité partir d’eux-mêmes et quitter la zone.»