Diawara : «Mettre fin à cette série»

15 nov 2012 Par 
F.R. (avec J.A.)
Photos © 
Y. Parienti
Champion de France en 2009 avec Bordeaux, Souleymane Diawara a vécu, de l’autre côté du miroir, la série noire de l’OM en Gironde.

Après une si longue absence tu as retrouvé le terrain…
Après sept mois d’inactivité où tu t’entraînes seul ou avec un préparateur physique, c’était une joie immense, ne serait-ce que d’être sur le banc face à Ajaccio ! En plus, il y a eu la victoire, j’étais doublement satisfait. Ensuite, j’ai eu la chance de débuter face aux Allemands. Mais comme j’avais quelques crampes en fin de rencontre, après en avoir discuté avec le coach, j’ai laissé ma place à quelqu’un de plus frais. Je suis vraiment heureux de pouvoir renouer avec le terrain.

Tu as porté les couleurs de Bordeaux avant de rejoindre l’OM en 2009. Est-ce que cette fameuse série (l’OM n’a plus gagné à Bordeaux depuis 1977) qui dure depuis 35 ans a la même importance en Gironde ?
Quand j’étais à Bordeaux, je ne savais même pas que cela faisait aussi longtemps que l’OM n’avait pas gagné là-bas. Je ne suis pas certain que l’effectif bordelais soit au courant de cette statistique. Cela a plus d’importance à Marseille, ici, les gens sont plus superstitieux… Mais il va falloir mettre fin à cette série et j’espère que ce sera dimanche.

Selon toi, quelles sont les raisons de cette si longue série ?
Bonne question… Les équipes qui jouent contre l’OM sont à 200% et les supporters de Bordeaux doivent mettre la pression pour que cette série dure encore de leur côté. Psychologiquement, ça doit jouer.

Avoir Elie Baup désormais du côté olympien peut-il être un avantage ?
C’est un entraîneur que j’apprécie beaucoup. Il est proche de ses joueurs, il nous parle beaucoup, il crie quand il faut, on prend du plaisir à travailler avec lui. Il a entraîné Bordeaux quand ils ont été champions de France, cela peut être un avantage pour nous. Mais ça fait longtemps et les mentalités ont changé. Je lui fais confiance pour trouver la solution afin de stopper cette série.

Deux points séparent Bordeaux et l’OM. Un succès et les Girondins seraient à cinq points. Une défaite et ils vous dépassent…
Il ne faut pas trop regarder le classement. On y jette un œil mais on ne fait pas de calcul car psychologiquement ça te mange. Il y a un match, il faut jouer et prendre les points, c’est tout.

Lors des deux dernières rencontres, l’OM s’est fait rejoindre dans les dernières minutes. Crains-tu un scénario identique ?
On va redoubler de vigilance. Contre Mönchengladbach, on a voulu marquer un troisième but, contre Nice, c’était pareil. Il suffisait de rester en place et de conserver le ballon. Cela nous a bien servi de leçon et ces erreurs ne se reproduiront plus. Parfois, il faut savoir fermer le jeu. On menait, il restait une poignée de minutes, le public aurait compris si on avait fermé le jeu. On veut toujours plus mais on aurait dû se contenter de ce que l’on avait, ce qui était déjà très bien puisque l’on aurait pris les trois points de la victoire.


Actualités Équipe pro

ven 30 sep

Angers-OM : la conf' de Zambo-Anguissa

Saison 2016-17 - Ligue 1 - 8e journée - Angers-OM : la conférence de presse d’avant-match d’André-Frank Zambo-Anguissa.
ven 30 sep

Angers-OM : la conf' de Franck Passi

Saison 2016-17 - Ligue 1 - 8e journée - Angers-OM : la conférence de presse d’avant-match de Franck Passi.
ven 30 sep

14 h - Le flash du 30 septembre 2016

L'actualité de l'Olympique de Marseille à la mi-journée du vendredi 30 septembre 2016.
ven 30 sep

Angers-OM : Alessandrini, Diaby et Tuiloma absents

Franck Passi devra encore se priver de trois joueurs à Angers (8e journée de Ligue 1 2016-17).
ven 30 sep

Récupération et jeu au pied

La séance d’entraînement des Olympiens du vendredi 30 septembre 2016.
ven 30 sep

Record de participation en Ligue 1 pour l'OM !

Une très belle page de l’histoire olympienne sera écrite ce dimanche à Angers (8e journée de Ligue 1 2016-17).
ven 30 sep

Ligue 1 - 8e journée : les résultats

Saison 2016-17 - Ligue 1 - 8e journée : le programme.