La saison en 10 dates clés

01 juin 2011 Par 
Grégory Bocciardi (avec E.J.)
Photos © 
La saison 2010.11 s'est achevée. Revivez là en 10 dates clés sur OM.net en texte et image puis choisissez votre date clé de la saison sur facebook !

28 juillet 2010 – Le jour où l’OM réalise le triplé
Fraîchement auréolé d’un nouveau titre de champion de France, l’OM gagne donc le droit de participer à son premier Trophée des Champions. Coup du destin, le vainqueur de la précédente Coupe de France n’est autre que le grand rival parisien. Les Olympiens sont donc déjà attendus pour un premier sommet de la saison, avant même le début du championnat. La formation marseillaise peut compter sur un soutien sans faille des supporters tunisiens, qui accueillent cette année le Trophée des Champions sur leur sol. Portés par ces encouragements, les Phocéens vont maîtriser leur sujet tout au long de la partie, sans toutefois réussir à ouvrir la marque. La décision se fera ainsi aux tirs au but où un Mandanda impérial arrêtera la tentative de Giuly et offrira dans la foulée une balle de match transformée par Edouard Cissé. De quoi permettre à l’OM d’amasser son premier Trophée des Champions. Une magnifique transition entre une saison 2009.10 ponctuée de succès, et un nouvel exercice qui en appelle bien d’autres.

7 août 2010 – Le jour où l’OM rate son entame de saison
Le champion en titre ne s’attendait sans doute pas à une telle entame de championnat.  Pour l’ouverture de la saison, les olympiens affrontent le Stade Malherbe de Caen au Vélodrome. Cet OM, encore en rodage, pensait malgré tout s’en sortir face à un promu. Il n’en a rien été. Les Phocéens étaient trop éloignés de ce que l’on est en droit d’attendre d’eux. Et les Caennais, trop malins pour ne pas s’en apercevoir et en profiter. Résultat : les Normands s’imposent 2 buts à 1. Une semaine plus tard, le 14 août, c’est sur le terrain de Nungesser face à Valenciennes que les olympiens s’inclineront pour la 2ème fois de la saison en autant de match. La faute à un quart d’heure cauchemardesque dû à des errances à l’entame de deuxième mi-temps où l’OM prend 3 buts coup sur coup. Malgré une belle réaction en fin de rencontre, les olympiens s’inclinent sur le score de 3 buts à 2.

24 août 2010 – Le jour où l’OM signe sa nouvelle doublette d’attaquant pour remplacer Niang
À la recherche d’un attaquant depuis de nombreuses semaines et le départ de son capitaine et meilleur buteur Mamadou Niang, l’OM décide finalement d’engager deux valeurs montantes du championnat de France, l’attaquant niçois : Loïc Rémy, et le buteur du Téfécé : André-Pierre Gignac. Alors que le transfert du premier est annoncé quelques jours avant celui du Martégal, il sera retardé suite à un diagnostic d’un problème cardiaque chez l’ancien niçois. Tout finit par rentrer dans l’ordre, et le 24 août, Rémy est déclaré apte au football. «Les dernières  48 heures n’ont pas été faciles à vivre et c’est une grande joie d’avoir ce résultat unanime» lançait ainsi le président Jean-Claude Dassier. Une bonne nouvelle car Loïc Rémy terminera sa saison avec 16 buts au compteur. Nul ne doute qu’avec cet attaquant international de qualité, l’OM est armé pour se diriger vers de nouveaux sommets. D’ailleurs, le président Jean-Claude Dassier se félicitera en fin de saison d’ «avoir trouvé le remplaçant de Niang». Dans la foulée, André-Pierre Gignac est à son tour présenté à la presse, comme nouveau membre de la famille olympienne. Le buteur, «au sang bleu et blanc , comme il le dit lui-même, fait ainsi part de sa grande motivation à l’idée de rejoindre le club de son cœur.

24 octobre 2010 – Le jour où l’OM s’impose sur le terrain du futur champion lillois
La catastrophique entame de saison oubliée, et fort de ses 7 matchs consécutifs sans défaite en championnat, l’OM rend visite à des Lillois qui ont démarré timidement le championnat, se situant à une pâle 6ème place au classement mais qui n’ont plus perdu au Stadium Nord de Villeneuve d’Asq depuis février 2010.  Amorphes pendant une mi-temps et dominés par une fringante équipe lilloise, les Olympiens réagissent après la pause, avec un doublé de Rémy et un but de Lucho. Ils réalisent un coup formidable en revenant à un point du leader rennais.  C’est un bond en avant au classement  (2ème), mais aussi dans la révélation du visage de l’OM 2010-11. Simple, audacieux et efficace, à l’image du doublé de Loïc Rémy. En réagissant de la sorte après avoir bu un bouillon salé, l’OM a renversé une équipe qui compte parmi ce qui se fait de mieux dans notre championnat. En effet, après cette rencontre, Lille restera invaincu durant 13 journées et sera sacrée Championne de France 7 mois plus tard. Mieux, l’OM sera la seule équipe à s’imposer en terre nordiste cette saison… l’exploit était d’autant plus fort pour être signalé !

3 novembre 2010 – Le jour où l’OM rentre dans l’histoire de la Champions League
Mis à mal par un début de campagne difficile où, à la surprise générale, le Spartak est venu s’imposer au Vélodrome (0-1), l’OM n’a plus le choix. S’il veut conserver un espoir de qualification pour les 8es de finale de la Champions League, il doit absolument se défaire par deux fois de Zilina. Après un match aller difficile où les Olympiens l’emportent péniblement 1-0 à domicile, le retour en Slovaquie s’annonce délicat. Et pourtant, les Marseillais sont dans un grand soir et vont littéralement étriller les joueurs du MŠK. Emmenée par un Cheyrou des grands soirs, qui délivrera trois passes décisives au cours de la rencontre, la formation phocéenne va faire trembler les filets adverses par 7 fois, avec notamment un triplé retentissant d’André-Pierre Gignac.
En s’imposant 0-7, l’OM rentre dans l’histoire de la C1 avec le plus large succès acquis à l’extérieur, mais s’offre surtout le droit de disputer une « petite finale » face au Spartak, quelques semaines plus tard, avec en ligne de mire la qualification pour les 1/8es.

23 novembre 2010 – Le jour où l’OM retrouve le top 16 européen
Après l’exploit réalisé en Slovaquie, l’OM retrouve l’Europe de l’Est pour tenter de décrocher son billet pour les 8es. En effet, si les Marseillais s’imposent à Moscou, par un tout autre résultat que 1-0, ils seront qualifiés, avant même de jouer le dernier match face à Chelsea. De même pour les Russes, qui ont seulement besoin d’une victoire, sur n’importe quel score. La pression est sur les épaules olympiennes, mais les Phocéens n’en ont que faire, et conscients que leur avenir européen figure entre leurs pieds, vont débuter le match tambour battant.
Sur une inspiration géniale de Mathieu Valbuena, qui loge le cuir dans la lucarne du portier moscovite d’un sublime enroulé du droit, l’OM va ouvrir le score. Gérant la partie à merveille, ils vont complètement maîtriser leursujet, et inscrire deux nouveaux buts, en seconde période, par Remy, puis Brandao. Une victoire éclatante 3-0, qui ouvre donc aux Marseillais le chemin des 8es de finale. Un OM qui n’avait plus connu le top 16 européen depuis 11 ans, à l’époque où il y avait encore deux phases de poule en Champions League.

23 février 2011 – Le jour où l’OM fait trembler Manchester
Pour les 8ème de finale de Champions League, l’OM évite les deux géants espagnols que sont le Barca et le Real. Ce ne sera toutefois pas un second couteau. Loin de là : Manchester United et ses trois Champions League (1968, 1999, 2008), ses 18 titres de champion d’Angleterre. «Peut-être le plus grand club européen avec le Real Madrid, historiquement parlant» selon Jean-Claude Dassier. Si les Red Devils n’ont peut-être pas leur génération la plus flamboyante, les Rooney, Berbatov, Nani ou les grognards Giggs et Scholes ont toujours un sacré répondant (ces deux derniers étaient déjà là en 1999 face à l’OM !). Cela promet donc un énorme duel aller-retour entre la troupe de Didier Deschamps et celle de Sir Alex Ferguson (sur le banc depuis 1988 !), meilleure défense de la phase de poules. A l’aller, au Vélodrome, sérieux et appliqué de la première à la dernière minute, l’OM réalise un match solide face à Manchester (0-0). Tous les espoirs sont donc permis pour le retour.  Seulement, le 15 mars à Old Trafford, les Olympiens quittent la Ligue des Champions la tête haute mais les yeux cernés de regrets. Dignes et valeureux, ils auraient largement pu réaliser l’exploit. Ils en sont passés tout près. Même menés 2-0 à un quart d’heure de la fin, ils ont su garder les manches retroussées pour s’offrir une fin de match haletante et donner des sueurs aux 76 000 gouailleurs d’Old Trafford (2-1). Ils s'en soulageront face à Paris en championnat avec une victoire 2 buts à 1, 5 jours plus tard. Rien de tel qu'un Clasico pour tourner la page…

23 avril  2011 – Le jour où l’OM remporte la Coupe de la Ligue pour la 2ème année consécutive
En montrant les dents pour conserver « sa » Coupe de la Ligue face à Montpellier, l’OM s’est adjugé ce soir-là une 2e coupe de rang (une première dans la compétition) et a continué l’intensive réactualisation de son glorieux palmarès. Dominateur toute la partie, l'OM a fini par l'emporter grâce à un but de Taiwo à 10 minutes du terme. Il fallait entendre le vacarme du Stade de France quand le Nigérian a surgi pour frapper. Il fallait voir toute l’équipe au pied du virage sud remuant à l’unisson avec ses 45 000 supporters qui avaient fait le déplacement au Stade de France. Quelle ivresse ! Il faut dire qu’enchaîner comme ça les titres est enivrant. Et de quatre depuis mars 2010.

27 avril  2011 – Le jour où André Ayew installe l’OM aux commandes de la Ligue 1
« Ayew ! Ayew ! ». Ce nom-là, le public marseillais n’a pas fini de le scander. Le refrain fut entonné quatre fois lors de la 32ème journée de Ligue 1 face à Nice au stade Vélodrome (4-2). Quatre pour autant de buts des époustouflants frères, révélations de l’exercice. André, l’ainé, sera d’ailleurs élu Olympien de la saison par les supporters un mois plus tard et Jordan est un vrai espoir. Une saison dont ils auraient pu écrire Le tournant contre Nice. Car ce soir-là, en s’imposant au terme d’une deuxième mi-temps enlevée, l’OM avait repris position sur le trône, pratiquement cinq mois après l’avoir laissé vacant. Lille était relégué à un point. Mais, quatre jours plus tard, les Olympiens laissent filer deux points précieux dans la course au titre à domicile face à Auxerre, et voyait Lille leur repasser devant… Ils ne les rattraperont plus.

21 mai  2011 – Le jour où l’OM fête sa fin de saison
L’OM n’a pas réussi à conclure sa saison par une victoire devant son public. Une belle équipe valenciennoise l’en a empêché (2-2). De toute façon,  l’OM n’aurait pas pu empêcher Lille d’être sacré au Parc des Princes. Car dans le même temps, les Nordistes ont fait preuve de réalisme contre Paris et ont décroché le dernier point qui leur manquait. Mais ce 67e point lui assure alors mathématiquement la qualification directe pour la Ligue des Champions.
Le moins que l’on puisse dire est que cette soirée était riche en émotions. Outre le spectacle pyrotechnique, la soirée s’acheva sur deux images sympas avec l’entrée en jeu d’Azpi après six mois de douleurs et d’efforts suite à sa grave blessure du 27 novembre 2010, et le tour d’adieu de Taye Taiwo, t-shirt «à jamais Marseillais» sur le dos. Enfin, cette 37ème journée était l’occasion d’un dernier adieu au Stade Vélodrome tel que nous l’avons connu depuis 1998, avant le début des travaux. Il va progressivement changer de visage pendant trois ans jusqu’au sublime écrin prévu pour 2014.

Choisissez quelle est votre date clé de la saison sur facebook

Bilan