Erik Gerets, superstar

21 oct 2008 Par 
A Eindhoven, F.Rostain - Photos : Y. Parienti
Photos © 
Joueur pendant sept ans puis entraîneur du PSV durant trois années, Erik Gerets est une légende du club hollandais. A Eindhoven, personne ne l’a oublié.

Bardé de titres en tant que joueur (de 1985 à 1992) comme au poste d’entraîneur (de 1999 à 2002), Erik Gerets, fait partie des légendes de l’histoire du PSV. Son nom n’a pas besoin de résonner longtemps dans les couloirs et les travées du Philips Stadion pour que les compliments fusent. «Il a connu de très bonnes années ici, avec de nombreux trophées» lance sans hésitation un journaliste du Telegraph, un quotidien hollandais.

Les photos du Lion de Rekem sont d’ailleurs partout dans le stade du PSV. Dans le « hall of fame » des joueurs (en compagnie de Romario, Ronaldo, Gullit, Van Nistelrooy, Zenden ou du Danois Brylle qui a joué à Marseille dans les années 80) mais également dans celui des entraîneurs qui mène à la salle de presse. A l’intérieur de celle-ci, la photo de la victoire de l’équipe en Coupe d’Europe des Clubs Champions y trône fièrement.

Dans le guide de la saison distribué à la presse et aux médias, Erik Gerets revient régulièrement au fil des pages. Dans celle des grands joueurs étrangers ayant évolué au PSV, des grands entraîneurs, de l’histoire du club où il apparaît plusieurs fois avec bien souvent un trophée à la main que ce soit la « Coupe aux grandes oreilles » ou la coupe de Hollande également remportée en 1988. Le vingtième anniversaire du titre européen a d’ailleurs été célébré cette année comme il se doit avec notamment une ligne spéciale de produits dérivés créées pour l’occasion.
La trace laissée par l’actuel entraîneur olympien est indélébile notamment grâce à un palmarès exceptionnel. Six titres de champion des Pays-Bas, trois coupes nationales et une Coupe d’Europe des Clubs Champions, le tout en tant que joueur. Il faut rajouter à cela deux titres de champion et deux super coupes des Pays-Bas au poste d’entraîneur du PSV.
A son arrivée au poste d’entraîneur en 1999, le président a dit de lui : «Erik, c’est mon fils». Malheureusement, après pourtant quatre titres au niveau national, la love story entre les deux hommes se termine en 2002, faute de résultats…

Toutrfois dans ce stade moderne où l’on trouve un restaurant étoilé au Guide Michelin (« Avant-Garde, Van Groningen »), le nom de Gerets reste associé aux victoires et aux belles années du PSV. «C’est un joueur important dans l’histoire de ce club et une des figures principales autant comme joueur que comme coach» insiste notre confrère du Telegraph.
Adick Koot, qui a joué avec Erik Gerets au PSV rajoute : «C’est vrai, il est parti en difficulté mais il est très respecté ici». Koot, désormais agent de joueur, possède une maison à Cassis et connaît bien la mentalité de l’Olympique de Marseille. «C’est l’endroit parfait pour lui».

Huub Stevens, l’actuel entraîneur du PSV, a côtoyé Erik Gerets au PSV (son portrait orne également les murs du Philips Stiadion). Le premier était entraîneur au centre de formation quand le coach belge évoluait au sein de l’équipe fanion. Il se souvient : «C’était un joueur d’équipe, un grand défenseur. Et comme entraîneur, il essaie de faire la même chose».
Avec l’espoir que cela paie demain soir sur une pelouse que l’entraîneur olympien connaît donc comme sa poche…