Stéphane Nado : «Le seul regret ? La Gambardella…»

26 mai 2015
Par 
Camille Daures
Photos © 
Allan Chaussard / OM.net 2015
Stéphane Nado, entraîneur des U19 Nationaux, évoque le bilan de sa première saison à l’OM.

- Quel bilan tirez-vous de la saison écoulée ?
«Il est à plusieurs niveaux. D’abord, il est à l’échelle de la progression des garçons. Il est aussi bien évidemment en termes de compétition, même si pour moi le plus important c’est la progression des joueurs sur les plans tactique, technique et de la maturité. Le principal objectif de notre métier de formateur, c’est de faire avancer les garçons de ce point de vue-là, et cela s’inscrit dans un processus à long terme.»

- Quels sont les points forts et les points faibles de cette équipe ?
«On a évolué avec des garçons qui ont montré des ressources sur le plan mental. On a souvent été au pied du mur que ce soit en Gambardella, ou sur certains matches en championnat. A chaque fois, ils ont trouvé les ressources pour aller chercher des choses, rebondir et s’accrocher. Quand on s’inscrit dans le projet de formation, sur le long terme, et que les garçons montrent ces choses-là, c’est intéressant pour le futur.»

- Etes-vous déçu de cette quatrième place ?
«Non, on est à notre place. Je crois que cette quatrième place reflète bien ce que l’on a fait. Les garçons ont fait une bonne première partie de saison, même s’il y a eu un peu de difficulté pour retrouver de la cohérence dans le jeu sur le début du championnat. Après, on a trouvé petit à petit notre rythme de croisière avec globalement, jusqu’au mois de décembre, une bonne première partie de saison. Ensuite, la Gambardella est venue se greffer au championnat avec un peu plus de détermination sur cette compétition, avec une équipe qui a beaucoup plus changé et c’est normal puisque les meilleurs jeunes joueurs ont eu du temps de jeu avec le CFA2. Cela s’inscrit dans la logique des choses d’un centre de formation.
«Il nous a manqué un peu de constance, de régularité, un peu de maturité et cette quatrième place est assez logique et cohérente par rapport à ce que l’on a pu réaliser sur le terrain.»

- Quel souvenir gardez-vous de votre parcours en Gambardella ?
«Le premier souvenir est le premier match laborieux à Alès. On a été malmené face à une belle équipe, qui nous a poussés dans nos retranchements. On s’en sort sur ce premier match mi-janvier assez miraculeusement. Après, il y a eu une belle aventure. Une belle aventure humaine aussi, où l’on a découvert les garçons. On a un petit peu de regrets sur le dernier match face à Paris. On est passé par tous les états. On a loupé notre première mi-temps, et puis les garçons ont trouvé les ressources pour inverser la tendance, revenir à 2-2. Malheureusement, je pense que dans la gestion de fin de match et des émotions, on a peut-être pensé que l’on avait fait le plus dur, et nous n’avons pas su gérer la fin de match. C’est peut-être le seul regret de cette saison.»

- Qu’avez-vous pensé des jeunes qui ont renforcé votre équipe tout au long de la saison ?
«On s’inscrit dans un projet de haut niveau. La vérité, il n’y en a qu’une : c’est celle du terrain. Il y a beaucoup de jeunes joueurs, notamment les U17 (les garçons nés en 1998), qui sont venus s’y greffer. C’est le propre du haut niveau. Il y a des garçons qui ont été performants en dessous. Ils ont été meilleurs que des garçons qui s’entraînaient quotidiennement avec nous et logiquement ils se sont imposés et ont pris une place de titulaire.»

- Des joueurs vous ont-ils surpris cette année ?
«On pense forcément à Bilal Boutobba. Il a eu une évolution fulgurante, même s’il reste un jeune joueur, et qu’il a encore beaucoup de choses à apprendre. Il a démontré beaucoup de qualités sur la première partie de saison. Il y a des garçons qui ont bien avancé et progressé, je ne pensais pas forcément voir cette progression. C’est le fruit de leur implication au quotidien. Je pense notamment à Julien Dacosta, qui a vraiment franchi un palier cette année. Julien s’inscrit vraiment dans un projet de haut niveau parce qu’il y a beaucoup de réflexion et d’implication. Il s’est toujours entraîné avec beaucoup d’intensité. Le deuxième, c’est Salimou Touré, qui arrive d’un petit club. Il a une marge de progression intéressante et doit mettre plus d’intensité et de rigueur. Il a retrouvé toute sa plénitude sur cette fin de saison dès lors qu’il est passé au milieu de terrain.»

- Quel(s) match(s) vous a particulièrement marqué cette saison ?
«Il y a deux matches. Le premier est celui de Saint-Etienne. Il y a eu un gros match, l’équipe a montré beaucoup de valeurs collectives. Cette rencontre a été un point de départ dans notre saison. Le deuxième c’est le match de Monaco. On fait un début correct, puis on marque 3 buts en sept minutes, et on est réduit à 10 en début deuxième période. Monaco revient et en infériorité numérique, les garçons ont eu une nouvelle fois trouvé les ressources pour aller chercher la victoire et marquer ce quatrième but, sur une action entre Bilal Boutobba et Maxime Lopez. Ce sont vraiment deux matches référence dans notre saison.»

- Certains joueurs ont été appelés en équipe de France. Est-ce un aboutissement ?
«C’est une reconnaissance pour les joueurs, mais aussi du travail et de la progression du joueur. On évoque Boutobba, Escales, Araai pour les plus vieux, mais il ne faut pas oublier Kamara, Buech, et Ousfane. A certains moments de l’année, Maxime Lopez et Jérémie Porsan-Clemente auraient pu s’en rapprocher. C’est une satisfaction, une fierté. A nous de continuer ce travail pour que dans les années à venir, il y en ait davantage...»

- Comment décririez-vous votre première saison, ici à l’OM ?
«J’ai été bien accueilli et c’est important de bien s’intégrer dans une équipe d’éducateurs. J’ai aussi mis les pieds dans un grand club. J’ai fait quelques clubs pros auparavant, mais pas de cette envergure-là. J’ai découvert pas mal de choses. Je m’inscris dans le projet du club. J’ai des choses à améliorer. J’ai aussi découvert une ville passionnée par le club. C’est culturel, les gens sont imprégnés de l’OM. Il y a aussi un stade Vélodrome magnifique avec une ambiance exceptionnelle, comme il y en a peu en France ou en Europe. Donc, pour moi c’était une belle première saison.»

- Quels seront les objectifs pour la saison à venir ?
«On est dans un cursus de formation de haut niveau, donc les objectifs d’une saison à l’autre sont semblables. Le jeune est au cœur du projet. L’organisation des entraînements doit faire évoluer les joueurs autant sur les plans technique, tactique que mental et tout ce qui entoure le club, le maillot.»

UI19 National - Groupe D - Le classement

U19 National : le calendrier et les résultats de l’OM

U19 National : le classement des buteurs de la saison 

U19 National