Vincent Labrune : «Pérennité et compétitivité»

23 fév 2016
Par 
OM.net
Photos © 
Yannick Parienti / OM.net 2016
Quarante-huit heures après le match nul contre Saint-Étienne, le président répond aux questions d'OM Médias sur la suite de la saison et l'avenir du club à court et moyen terme.

- Président, quelle est votre réaction au lendemain de ce nouveau match nul au Vélodrome contre Saint-Étienne ?
«Au-delà du match de dimanche, nous attendions beaucoup des 3 matchs de la semaine contre Nice, Bilbao et Saint-Etienne. Au final, cela fait beaucoup de déceptions, car nous n'avons pas été capables d'en remporter un et nous nous sommes mis dans une situation compliquée. Cependant, en championnat comme en Europa League, tout est encore possible et c'est à cet espoir que je souhaite me raccrocher.
«En championnat notamment, Margarita Louis-Dreyfus et moi, nous comptons sur nos joueurs et le staff pour ne pas relâcher leurs efforts à l'aube d'une série de rencontres cruciales pour notre avenir et qui semblent un peu plus abordables, sur le papier, que les précédentes. Rien n'est joué, y compris pour le podium (je rappelle que nous ne sommes qu'à 5 points de la 3e place). Il est vital pour le club de se qualifier pour une compétition européenne l'an prochain.»

- La saison prochaine, justement, fait l'objet de beaucoup de rumeurs relayées dans la presse. Qu'en est-il exactement ?
«Il est intolérable que des individus ne travaillant ni au club ni avec l'actionnaire se permettent de parler en notre nom. Aujourd'hui, la situation est très claire : il y a un actionnaire, qui est le patron, et un président qui travaille main dans la main avec elle pour prendre les meilleures décisions concernant l'avenir de l'Olympique de Marseille. Dans ce cadre, les réflexions stratégiques que nous menons ensemble sont nombreuses : elles vont de l'organisation du club au quotidien, à sa gestion financière et aussi à son avenir. Et ce que peuvent en dire dans la presse les uns ou les autres qui ne sont pas directement impliqués dans nos process, que ce soit auprès de Margarita Louis-Dreyfus ou à mes côtés, n'a aucune valeur.»

- Le club est-il à vendre ?
«Comme Margarita Louis-Dreyfus l’a dit, elle ne cherche pas un acheteur, elle travaille avec moi et ses conseillers sur la stratégie pour le club. Nous menons de front plusieurs réflexions visant à assurer la pérennité et la compétitivité du club pour le futur. Nous serons donc à l'écoute d'éventuels investisseurs qui seraient intéressés pour faire grandir et progresser l'OM, car notre but ultime est que l'OM redevienne le grand club qu'il a été.»

Interview Vincent Labrune