Bordeaux-OM : un destin à maîtriser

14 mai 2017
Par 
Frédéric Rostain
Photos © 
Yannick Parienti / OM.net 2017
Dimanche soir pour l’avant-dernière journée de Ligue 1 2016-17, l’OM se rend à Bordeaux, son concurrent direct pour la cinquième place, sur qui il compte un point d’avance.

«Destiné, on était tous les deux destiné», chantait Guy Marchand devant la Love Machine. C’est aussi ce que pourrait chanter l’OM en tendant la main à une compétition européenne devant l’Uefa Machine… L’histoire du club marseillais est intimement liée à l’Europe. Du tirage au sort aux matches, rendez-vous européens ont un charme particulier et tous les supporters marseillais veulent revoir leur équipe défier les grands clubs continentaux et découvrir parfois des clubs peu ou pas connus avant le tirage au sort. C’est également ça le parfum si enivrant de la coupe d’Europe.
Un parfum que l’OM souhaite à tout prix retrouver la saison prochaine. «L’Europe nous ferait grandir plus vite», estime d’ailleurs Rudi Garcia. Pour attirer de nouveaux joueurs, pour se développer, pour donner de l’expérience à ses éléments, pour faire vibrer ses supporters, pour un tas de raisons, l’OM a besoin de l’Europe.
Pour retrouver les joutes continentales, à deux journées de la fin de l’exercice, les Marseillais doivent sécuriser leur cinquième place (re)conquise la semaine dernière après leur succès face à Nice (3-1) et le match nul des Bordelais à Saint-Etienne (2-2).
Pour atteindre cet objectif, l’équation est simple : un succès à Bordeaux et les Olympiens seraient assurés, avec quatre points d’avance sur les Girondins, de terminer à la cinquième position et disputeraient donc l’Europa League (à partir du troisième tour préliminaire) la saison prochaine. Un match nul leur permettrait de conserver leur point d’avance et seraient maîtres de leur destin lors de l’ultime journée face à Bastia, contre qui ils devraient faire au moins aussi bien que Bordeaux à Lorient pour finir cinquièmes. Une défaite au Matmut Atlantique contraindrait les hommes de Rudi Garcia à s’imposer face à SCB tout en espérant un faux-pas de la formation de Jocelyn Gourvennec en Bretagne.

L’OM s’est donc offert, vous l’aurez compris, une véritable finale pour une qualification européenne, ce dimanche contre Bordeaux au stade Matmut Atlantique. Les Olympiens arrivent en Gironde en pleine confiance, forts d’une série de neuf rencontres sans défaite. Ils seront opposés à une équipe qui reste, elle, sur une série de cinq matches sans défaite mais qui n’a plus gagné depuis deux journées.
Après 9 mois de compétition et 36 journées de championnat, Bordelais et Marseillais ne sont séparés que d’un point au classement. Les deux équipes sont donc très proches mais Jocelyn Gourvennec devra composer avec une charnière centrale remaniée puisque Pallois et Lewczuk sont suspendus. De son côté, Rudi Garcia devra se passer d’Hiroki Sakai, également suspendu. «Mais on a des solutions», rassure le coach olympien qui ne craint pas non plus la malédiction marseillaise à Bordeaux qui dure depuis 40 ans maintenant. «Je n’étais même pas né», ironise-t-il avec un léger sourire aux lèvres.
Un sourire qu’il aimerait toujours arborer dimanche au coup de sifflet final…

Avant-Match À ne pas manquer