OM 3-0 ASSE : OM, que je t’aime !

10 déc 2017
Par 
Frédéric Rostain
Photos © 
Roland Grunchec / Nicolas Copin / Helios Image / OM
En ce week-end d’hommage à Johnny Hallyday, l’OM s’est imposé 3 à 0 face à Saint-Etienne grâce à un doublé de Germain et un but d’Ocampos. Le tout sur des musiques de l’idole des jeunes.

Certains disent que c’est un inconvénient car cela met une pression supplémentaire, d’autres prétendent que c’est un avantage car on connaît les résultats de toutes les autres équipes. Une chose est sûre, jouer en dernier, l’OM en a l’habitude. Et là, Monaco, la veille, et Lyon, quelques heures avant, s’étaient imposés. La pression, outre celle inhérente à une réception de Saint-Etienne, était bien présente car avant le coup d’envoi, les Marseillais comptaient trois points de retard sur ses deux adversaires. Conscients de cela, ils ont entamé la rencontre plein gaz comme la Harley-Davidson trônant à la sortie du tunnel des vestiaires en hommage à Johnny Hallyday, disparu dans la semaine. Face à une équipe stéphanoise en plein doute, les hommes de Rudi Garcia ont privés de ballon leurs opposants. La première occasion arrivait rapidement avec un tir à côté de Gustavo. Payet alertait ensuite Ruffier sur un coup franc enroulé que personne ne venait couper mais qui était finalement cadré. Le portier vert, surpris, boxait le ballon pour éloigner le danger. La troisième opportunité était la bonne avec un corner de Payet, dévié de la tête par Thauvin vers le second poteau pour Germain qui marquait à bout portant son premier but de la saison en championnat.
La pression marseillaise ne retombait pas. Payet était tout près, de la tête, de doubler la mise mais Ruffier repoussait vers Germain en position de hors-jeu. Sanson, bien servi par Lopez, s’emmêlait les pinceaux et frappait la balle avec son pied d’appui. Germain, sur un corner de Payet, voyait sa tête repoussée par Ruffier, très sollicité ce dimanche soir.

Les Marseillais, qui n’avaient pas pu faire le break en première période étaient bien décidés à le faire en seconde mi-temps et vite... Sur une échappée de Sanson seul vers le but, Pierre-Gabriel, pris de vitesse, commettait une faute en position de dernier défenseur. L’arbitre n’hésitait pas et sortait le carton rouge. Le coup franc tiré par Payet frôlait la transversale de Ruffier. En supériorité numérique, l’OM dominait moins les débats qu’à onze contre onze mais désorganisés les Verts avaient du mal à se montrer dangereux offensivement. Les Olympiens cherchaient tout de même à se mettre à l’abri. Germain, servi par Payet, touchait un montant des buts stéphanois. Défensivement, les Verts souffraient mais de petites erreurs techniques et des maladresses empêchaient l’OM de marquer une seconde fois. Thauvin frappait l’autre montant de Ruffier juste après l’entrée d’Ocampos. Les vagues blanches déferlaient sur les buts de l’ASSE. Gustavo lançait Thauvin sur la droite, son centre trouvait Germain dont la frappe en première intention ne laissait aucune chance à Ruffier. L’attaquant olympien, non content d’avoir débloqué son compteur but, s’offrait un doublé bien mérité.
L’attaquant argentin de l’OM mettait définitivement son équipe à l’abri. Après un bon décalage d’Amavi, il s’infiltrait dans la surface et décochait une frappe «à la Thauvin» mais de l’autre côté et du pied droit. Ruffier ne pouvait qu’effleurer la balle. 3-0, il n’y avait plus de match et beaucoup d’occasions pour les Marseillais. Les drapeaux pouvaient s’agiter dans le virage sud pour saluer une belle victoire.

Un succès qui permet à l’OM de compter 35 points comme Monaco et Lyon, 9 points derrière Paris mais huit longueurs devant Nantes. Les Olympiens sont dans le bon tempo !