Entretien exclusif avec Morgan Sanson

ven 12 jan à 21:00
Par 
OM.net
Photos © 
OM.net
Absent pour le match de Coupe de France, Morgan Sanson devrait effectuer son retour dans le groupe ce week-end à l’occasion du déplacement à Rennes. Impatient de retrouver le terrain, le milieu de terrain se livre à nous, de son arrivée l’an dernier à ses objectifs pour cette seconde partie de saison. Entretien :

Morgan, avant toute chose, peux-tu nous donner des nouvelles de ton état de forme ? Tu n’étais pas dans le groupe pour la réception de Valenciennes en Coupe de France…
Cela va beaucoup mieux. Je me suis bien rétabli. J’ai eu 4-5 jours compliqués. J’ai enchaîné une grippe puis une angine. Mais à présent tout est rentré dans l’ordre.

Que t’évoque la date du 17 janvier 2017 ?
(rires) C’est le jour de mon arrivée à Marseille. Cela représentait une grande fierté pour moi. Un honneur et une récompense, car j’avais connu une période de blessures. Je m’étais donné du mal pour revenir et j’étais très fier de porter les couleurs de ce club.

Tu étais la première recrue de l’OM « version McCourt » et donc forcément l’un des premiers symboles de l’OM Champion Project. Avec le recul, est-ce que tu ressentais une certaine pression à l’époque ?
Pas vraiment. J’étais très serein et confiant. Je savais que si je travaillais autant qu’à Montpellier, tout se passerait bien. A chaque match, je donne le meilleur de moi-même et je crois que cela se voit.  Je n’avais aucune appréhension et j’étais persuadé que tout allait parfaitement bien se dérouler.

La suite a été très favorable tant au niveau personnel que collectif.  Quel a été ton meilleur souvenir lors de ses six premiers mois ?
Je pense que c’est notre victoire en Coupe de France face à l’Olympique Lyonnais (ndlr : 2-1 après prolongation en 16èmes de finale).  Nous avions effectué un bon et long match. C’était l’une de mes premières rencontres avec l’OM.

Et ta plus grande déception ?
Le clasico. Au-delà du résultat, c’est surtout le fait de ne pas disputer cette rencontre. Dès mon arrivée à Marseille, j’avais coché cette date sur mon calendrier et je n’ai malheureusement pas pu le jouer.

En ce qui te concerne, on peut parler d’une parfaite adaptation. C’est assez étonnant compte tenu de ton jeune âge. Tu as même fini la saison avec le titre de meilleur passeur de Ligue 1 Conforama avec douze passes décisives. Qu’est-ce que cela représentait pour toi ?
Pendant la saison, je ne faisais pas attention à cela. Mais lors des dernières rencontres, je me suis dit que cela serait sympa de rester en tête. Cela a été une fierté car j’adore faire des passes décisives.

Cette saison, tu as joué à différents postes. Tu as été replacé beaucoup plus haut sur le terrain. Pour quelles raisons ?
C’est un choix du coach. Moi, cela ne me pose aucun problème. Du moment que je joue je suis content. Que j’occupe le poste de numéro 10 ou de numéro 8, il n’y a aucun problème. Il faut juste prendre ses repères.

 

Rudi Garcia est très exigeant, c’est la force des grands entraîneurs.

 

Tu as toujours eu de bons rapports avec tes entraîneurs. Que peux-tu nous dire sur Rudi Garcia ?
C’est un entraîneur très axé sur la tactique. On sent qu’il est passé par l’Italie où le travail tactique est intense. Il prône un jeu collectif avec beaucoup de passes et peu de touches de balle pour aller très vite vers l’avant. C’est un style que j’affectionne particulièrement. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’avait poussé à venir ici. Il est très exigeant, c’est la force des grands entraîneurs. En travaillant à ses côtés, j’ai renforcé ma polyvalence.

Le fait d’avoir au milieu de terrain un joueur du calibre de Luiz Gustavo te permet-il d’avoir plus de liberté sur le plan offensif ?
Oui, mais en même temps, lors de mes derniers matchs, je jouais à ses côtés et je restais quand même vigilant sur mes replacements défensifs.

Quel regard portes-tu sur le milieu brésilien ?
C’est un très grand joueur. On m’avait dit beaucoup de bien sur lui. J’ai pu le constater. Il est impressionnant de classe et de professionnalisme. Il a très vite appris le français, il nous parle beaucoup. C’est une chance de travailler à ses côtés.

 

 Je préfère les passes décisives. 

 

Tu restes toujours décisif pour l’équipe, moins à la passe, mais plus à la finition…
C’est exact. C’est déjà ma saison la plus prolifique, toutes compétitions confondues. J’espère que ce n’est pas fini et que je vais continuer à marquer même si je préfère effectuer des passes décisives.

Vraiment ?
Oui, cela me procure plus de plaisir. Sauf quand je marque à l’Orange Vélodrome (rires).

Cette saison, vous avez effectué un bon parcours en Ligue 1 Conforama avec une place quasi systématique dans les cinq premiers. Vous avez même atteint la deuxième place à un moment donné. Quel bilan dresses-tu de votre première partie de saison ?
On sent qu’il y a beaucoup plus de régularité que l’an dernier. C’est d’ailleurs ce qui constitue notre force. On joue vraiment tous ensemble, sur le replacement défensif notamment. C’est ce qui nous a permis de terminer beaucoup de matchs sur des clean sheet. C’est important pour rester dans le haut du classement.

Le championnat est atypique cette saison. Quatre équipes sortent du lot dans  la partie haute du classement. Cela ressemble un peu au « Big Four » anglais…
C’est vrai. Beaucoup de gens font cette comparaison. Toutes les équipes se tiennent. Même si on se focalise sur nos résultats, on ne peut s’empêcher de regarder les autres. La lutte est acharnée entre nous, Lyon et Monaco notamment. L’enjeu est d’autant plus grand. Il ne faut rien lâcher. Chaque défaite peut coûter cher. Cela rend les rencontres très intéressantes.

Samedi, le championnat redémarre avec le déplacement à Rennes. Le Stade Rennais FC vous a battus au match aller (1-3) puis en Coupe de la Ligue (2-2, 4.3 aux t.a.b). On imagine qu’il y a une belle revanche à prendre non ?
Et comment ! Notre revers en Ligue 1 Conforama faisait suite à notre défaite à Monaco. En Coupe de la Ligue, il y avait du mieux, mais on s’est quand même incliné. Cela a été difficile à digérer. Samedi, nous allons y aller avec l’esprit revanchard. Il faudra prendre les trois points.

Après avoir joué face à tous les adversaires, à quel niveau situes-tu l’équipe ?
Je crois que nous sommes capables de battre n’importe quel adversaire. L’équipe progresse de jour en jour. On est sur une bonne dynamique depuis plusieurs mois. Lors des matchs retour, il va falloir faire au moins aussi bien au niveau des points et hisser notre qualité de jeu.

L’objectif initial de la saison était de faire mieux qu’en 2016-2017, soit la quatrième place. Cela reste tout à fait réalisable, non ?
Nous avons les moyens de terminer à la quatrième place, mais si nous pouvons viser plus haut, nous n’allons pas nous en priver. Nos adversaires nous craignent. Cela prouve qu’il y a de la qualité de notre côté. Il faut donc accentuer cela.

Pour finir, quel message souhaites-tu adresser à nos supporters ?
Qu’ils continuent d’être à nos côtés. On sent que derrière nous, il y a une véritable armée qui nous soutient. Il faut que cela continue. On a besoin d’eux.

ACHETEZ LE MAILLOT DE MORGAN SANSON