OM 3-0 Braga : le plus dur est fait

jeu 15 fév à 21:07
Par 
OM
Photos © 
OM.net
Les Olympiens ont dominé leurs adversaires grâce à un doublé de Valère Germain et un but de Florian Thauvin. L'avenir européen de l'OM se dégage...

La coupe d’Europe exige de la concentration, de l’engagement, de la détermination, de l’agressivité et du réalisme.  Des ingrédients que les joueurs de Rudi Garcia ont mis dans cette confrontation dès le coup d’envoi. Ils ont ainsi été récompensés assez logiquement face à une formation portugaise dépassée qui, sans son gardien, aurait pu subir une plus large défaite.
La feuille de match ne révélait pas de véritables surprises si ce n’est le retour logique de Jordan Amavi à gauche et la présence de Bouna Sarr à droite, encore une fois titulaire. Max Lopez, chargé d’épauler Gustavo et le duo Ocampos-Njie en soutien de Germain complétaient le onze de départ assez logique.
Solides et agressifs, les Olympiens prenaient la rencontre par le bon bout et ouvraient ainsi rapidement le score quasiment sur la première occasion de la soirée. A l’origine, un Bouna Sarr déterminé qui provoquait un contre offensif pour Dimitri Payet, génial du début à la fin, dont le centre précis devant le but portugais était repris par Valère Germain. Imparable ! L’OM menait déjà 1-0 (4e).
Quelques minutes plus tard (19e), la défense portugaise était au bord de la rupture quand Ocampos, face au but, se heurtait à Matheus avant que Germain, sur le dégagement improvisé du portier lusitanien, ne cadrait pas sa reprise.
Face à  plus de 55% de possession et une solidité défensive olympienne affichée, le SC Braga, inoffensif, ne parvenait pas à s’approcher du but de Yohann Pelé, si ce n'est sur une tentative sans conviction du capitaine Vukcevic (22e).
Bouna Sarr, lui, n’en manquait pas de conviction quand il pénétrait dans la surface de réparation pour frapper fort, obligeant Matheus à dégager des deux poings (29e). Puis c’était au tour du tandem Germain-Ocampos de forcer ce même Matheus et ses défenseurs à s’employer pour éviter le pire (40e) jusqu’à ce coup franc direct du capitaine Payet, que Matheus observait filer juste au-dessus de son but, touchant même sa transverale (42e).  Avec 4 tirs cadrés durant cette première période, l’OM aurait pu mériter de mener plus largement au score.

Le repos n’avait aucune conséquence sur le scénario de la rencontre puisque les Olympiens reprenaient le fil du match avec la même envie. Cette envie de bien faire et de se mettre à l’abri qui donnait logiquement l’opportunité à Valère Germain de tromper Matheus du pied droit sur un centre de Sakai, pour la deuxième fois de la soirée (68e).
L’avenir européen de l’OM se dégageait davantage quand Florian Thauvin, tout juste entré en jeu, crucifiait Matheus (73e, 3-0) pour la troisième fois de la soirée, après une belle combinaison avec Maxime Lopez.
Sans puiser dans ses ressources, l’OM qui s’est facilité finalement la tâche, peut préparer avec sérénité la réception de Bordeaux, prévue dimanche soir (21h) avant d’aller au Portugal pour le match retour (jeudi 22 février, 21h) dans une semaine avec un avantage qui devrait être suffisant.