PSG - OM (3-0) : La logique est respectée

dim 25 fév à 22:57
Par 
OM
Photos © 
OM.net
L'OM n'a pas réussi à marquer au Parc où le Paris SG, malmené en fin de match par de courageux Olympiens, s'est imposé 3-0. Rendez-vous mercredi en Coupe de France.

Les Olympiens, concentrés, appliqués, attentifs, débutaient ce « Clasico » avec les ingrédients qu’il fallait face à une équipe parisienne bâtie pour la Ligue des Champions. Dans la continuité du match aller, Rudi Garcia demandait à ses joueurs d’être solidaires, combatifs et rigoureux. D’être à la hauteur de l’événement. Et ils l’étaient. Un bloc assez haut, de la présence dans les duels, rien ne semblait enrayer le collectif olympien jusqu’à ce que Jordan Amavi, malheureux dans son interception, offre à Mbappé l’occasion inouïe d’ouvrir le score (1-0, 10e). Les Parisiens n’en demandaient pas tant. A ce moment-là du match, ce but n’était pas vraiment justifié. Il allait pourtant donner de l’air frais aux Parisiens. L’emprise sur ce match prenait peu à peu la couleur du club de la capitale. Les Olympiens, déterminés, ne parvenaient plus à s’approcher du but d’Areola.
D’autant que Neymar, pourtant bien pris par le duo Thauvin-Sakai, parvenait partiellement à perforer la défense olympienne. Comme sur cette action de la 27e minute, quand son centre fort, était détourné dans son propre but bien malgré lui, par Rolando.
Mené 2-0 à la demi-heure de jeu, étrangement  l’OM ne donnait pas l’impression d’être malmené.
 Si ce n’est qu’il faut juste se souvenir que cette équipe parisienne ne joue pas dans la même catégorie, tant collectivement qu’individuellement.

Après le repos, le scénario du match ne changeait pas d’une ligne. Avec d’un côté une équipe olympienne entreprenante, organisée face une formation parisienne compacte et vêtue de sa tenue européenne. Cavani, servi par Neymar sorti sur civière et qui laissait son équipe à 10 durant le dernier quart d’heure, aggravait le score d’un tir puissant (3-0) assez vite d’ailleurs dans cette deuxième période (55e) symbolisant le réalisme d’un collectif qui se prépare à jouer son avenir en Ligue des Champions dans une semaine face au Real Madrid.
Il faut simplement l’admettre, ce soir, la marche était sans doute trop haute même si, n’est-ce pas Gustavo et ses copains qui se procuraient finalement le plus de tirs (13) dimanche soir au Parc ? Zambo et Payet n’ont-ils pas survolé la rencontre dans leur registre ?
L’OM profitait du dernier quart d’heure et la sortie de Neymar sur civière qui décidemment ne finira pas un match face à l’OM en 17/18 (avant mercredi), pour pousser et se procurer plusieurs occasions nettes face à dix Parisiens. Notamment par Clinton Njie (73e et 80e) et Bouna Sarr (90e). Un temps fort qui aurait mérité d'être récompensé. 
Malgré le score, il y a des motifs de satisfaction et des enseignements à tirer en vue du match de mercredi en Coupe de France et surtout pour la fin de la saison.