OM - Nîmes : À croquer à pleines dents

sam 13 avr à 09:00
Par 
David Guitton
Photos © 
OM.net
Freiné par Bordeaux et Angers, l’OM accueille Nîmes, pour la 32e journée de Ligue 1 Conforama. Un rendez-vous sans doute crucial pour se positionner avant le sprint final. Rudi Garcia et ses joueurs n’ambitionnent rien d’autre qu'un succès à l’Orange Vélodrome. Coup d’envoi à 17 heures.

Visibilité limitée

A six longueurs de Lyon (3e, 56 points) à la trêve internationale, l’OM a glissé à la 5e place, à huit points du podium après les déconvenues à Bordeaux et contre Angers. Le dernier déplacement a perpétué la série irrationnelle qui sévit en Gironde. Il a également poursuivi la série de matchs sans victoire qui dure maintenant depuis trois journées.
La réception de Nîmes doit permettre de stopper cette spirale face à un promu que l'OM n'a plus reçu depuis la saison 1994-95 et face à qui il s'est incliné lors de la 2e journée de cette saison (3-1).

Réenclencher le starter

Hormis Paris, aucune formation du haut de tableau ne semble maîtriser sa dynamique alors que le sprint final s'approche à grands pas. Dans une Ligue 1 Conforama poussive, les promus parviennent à tirer leur épingle du jeu. Nîmes est remonté à la 10e place après son succès face à Rennes, mardi, tandis que Reims (7e) ne compte qu’un point de moins que l’OM.
Les Olympiens n’ont d’ailleurs remporté aucune confrontation face à ces deux nouveaux (0-0 et 1-2 contre Reims, 1-3 à Nîmes). Il reste sept journées et l’ambition est de remettre le starter dès aujourd’hui.

Un promu avec des arguments

6e meilleure attaque du championnat, les Crocodiles avancent avec une moyenne proche de 1,5 buts/match. Si Bozok peine à franchir le cap après avoir terminé meilleur buteur en L2 (24 buts inscrits), les zones de danger se sont multipliées.
Avec le milieu offensif Bobichon et l’excentré, arrivé de Lorient, Bouanga, à six buts, et des attaquants capables de scorer malgré le turnover, Bernard Blaquart dirige une équipe vaillante et parfois furieuse. À l’image du caractère de leur milieu central Savanier, co-meilleur passeur du championnat avec dix offrandes.

Le mot du coach

«Il y a trois semaines, on sortait seize points sur dix-huit. C’était bien plus dur de sortir de décembre-janvier que de repartir maintenant. Pour battre Nîmes, il faudra être plus efficace et commettre moins d’erreurs qu’à Bordeaux. C’est une très bonne équipe qui marque et prend beaucoup de buts. Il y aura une affluence exceptionnelle. On est plus fort quand nos supporters sont derrière nous. Peu importe les projections, il faut battre Nîmes.»

Avant-Match