OM
Toulouse
1
0
sam, 29/07/2006 - 19:00
Amical
Arbitre : Sandryk Biton
Stade Vélodrome
Marseille - Stade Vélodrome
(affluence : 6000 spectateurs)
  • 75'
    Mamadou Niang
OM
Mi-temps
Toulouse

Composition

Ouvrir Fermer

Titulaires

Entraineur :
Entraineur :

Remplacants

  • OM
  • Toulouse

l'actualité

Live Text

l'analyse

l'actualité

jeu 27 juil 2006

OM-TFC (amical) : 1-0

L'OM s'est imposé contre Toulouse ce samedi en amical à Canet-en-Roussillon grâce à Mamadou Niang en deuxième période (75e). Les Olympiens terminent leur préparation par une nouvelle victoire.
toutes les actus

Live Text

l'analyse

OM-TFC (amical) : 1-0

27 juil 2006 Par 
A Canet-en-Roussillon, E.J.
Photos © 
L'OM s'est imposé contre Toulouse ce samedi en amical à Canet-en-Roussillon grâce à Mamadou Niang en deuxième période (75e). Les Olympiens terminent leur préparation par une nouvelle victoire.

Après la qualification contre Dniepr et le succès face à Lille, l’équipe olympienne est en passe de trouver le bon tempo. Le succès devant Toulouse (1-0) ce samedi en est une nouvelle illustration dans un match où l’OM a fait preuve du plus grand réalisme. Contre des Toulousains bien regroupés mais souvent maladroits, c’est Mamadou Niang qui a fait la différence en fin de partie (75e).
Avec une configuration certainement toute proche de celle qui sera présentée à Louis-Dugauguez contre Sedan dimanche prochain, Albert Emon voulait se faire une dernière idée sur l’articulation de ce onze de départ.

Malgré une chaleur écrasante l’OM ouvrait le bal dès la 12e minute mais la percée en profondeur de Pagis venait se heurter à la sortie de Douchez, Niang ne pouvait reprendre. La réaction, certes timide, du TFC ne se faisait pas attendre avec la frappe contrée de Dieuze (16e), imité quelques minutes plus tard par l’attaquant suédois Elmander dont le tir était beaucoup trop écrasé. La grosse densité du milieu de terrain toulousain empêchait la plupart des initiatives olympiennes. Ces derniers étant souvent obligés de passer par les ailes pour y trouver Maoulida ou Niang dont la frappe croisée n’inquiétait pas Douchez (29e).
L’OM en venait à souffrir en fin de première période. Les violets manquaient de peu le coche après une belle combinaison dans la surface mais le centre en retrait de Mathieu était contré (44e) avant que Elmander ne tergiverse aux 18 mètres en perdant le ballon (45e).

Après la pause, la large revue d’effectif, traditionnelle des matches amicaux, permettait à l’OM de reprendre le dessus. Le coup franc enroulé de Nasri flirtant avec le poteau (57e) faisait ainsi office de coup de semonce. Pagis, à son tour, semait la pagaille dans la jeune défense toulousaine. Son tir en pivot était d’abord contré (64e) puis l’attaquant olympien se voyait refuser un penalty après avoir été fauché dans la surface (65e). Avec les remaniements de la deuxième mi-temps, la défense olympienne perdait pourtant en automatisme et il fallait la parade de Carrasso devant Akpa (69e) pour combler les brèches.
C’était lors d'une action quasi-similaire, et à la limite du hors-jeu, que Niang partait défier Revault. Son tir à ras de terre faisait mouche (1-0, 75e). La frappe tendue de Bergougnoux au-dessus (76e) réveillait les violets dans la foulée mais la reprise de Mathieu, à côté, n’y faisait rien (90e). L’OM a fait le plein de confiance à une semaine des grands débuts.

Analyse