Guingamp
OM
1
1
3
4
dim, 11/08/2013 - 21:00
Ligue 1 Conforama - J01 - Aller
Arbitre : Said Ennjimi
Stade du Roudourou
Guingamp - Stade du Roudourou
(affluence : 18155 spectateurs)
  • 74'
    YATABARE
  • 2'
    André-Pierre Gignac
  • 4'
    Dimitri Payet
  • 15'
    Dimitri Payet
Guingamp
Mi-temps
OM

Composition

Ouvrir Fermer

Titulaires

MARTINS PEREIRA
BEAUVUE
SORBON
YATABARE
MATHIS
SAMASSA
GIRESSE
SANKHARE
KERBRAT
LANGIL
LEMAITRE
Entraineur : Elie Baup
Entraineur : GOURVENNEC

Remplacants

  • OM
  • Guingamp
  • NDY ASSEMBE
  • SANKOH
  • LEVEQUE
  • DIALLO
  • DOUNIAMA
  • ALIOUI
  • ATIK

l'actualité

Live Text

l'analyse

l'actualité

mar 13 aoû 2013

Un Jour à l'OM du 13 août

Au menu du jour, une interview de Saber Khalifa, de Benjamin Mendy, l'avis des supporters sur le premier matche de l'OM à Guingamp.
lun 12 aoû 2013

12e hOMme à Guingamp

Suivez le match des Olympiens à Guingamp avec les supporters marseillais présents au stade du Roudourou.
lun 12 aoû 2013

ForOM après EAG 1-3 OM

Emmanuel Jean et Dominique Grimault, entourés de leurs invités, décortiquent le premier match de l'OM en Ligue 1 pour la saison 2013/2014.
lun 12 aoû 2013

Baup et Gourvennec devant la presse

Elie Baup et Jocelyn Gourvennec ont répondu aux questions des médias après le match EA Guingamp 1-3 OM.
lun 12 aoû 2013

Puissance sous les bois

Au menu du JT du lundi 12 août : la séance du jour, les bonnes stats de Dimitri Payet et Steve Mandanda et la reprise des U15 DH.
lun 12 aoû 2013

Objectif Match : la nouvelle saison démarre

La saison 2 d'Objectif Match démarre lundi soir. Découvrez en avant-première les images exclusives du premier épisode.
toutes les actus

Live Text

Le live texte commence une heure avant le début de la rencontre

l'analyse

Le premier sourire

11 aoû 2013 Par 
Thierry Muratelle
Photos © 
Yannick Parienti / OM.net 2013
L'OM réussit son entrée. Le succès à Guingamp (1-3), obtenu dans le premier quart d'heure, donne une première photographie des ambitions d'une équipe portée vers l'offensive. Tout n'est pas parfait. C'est alléchant.

Comme un souffle d'espérance. En l'espace de quatre minutes, l'anxiété naturelle palpée ces derniers jours, tenaces ces ultimes heures, est retombée. Le soulagement a décrispé les visages, atténué les rides, estompé le stress.
Un vent de bonheur nourrit ce début de championnat. La flambée offensive entretient une forme d'enchantement et guidera les pas dans la quiétude du travail accompli. Pour autant, il est naturel de tempérer l'enthousiasme précoce, né d'une première victoire à l'extérieur: le standing de l'adversaire, le long marathon à couvrir, la gestion des temps faibles d'une saison jamais planifiés, le nécessaire recul à garder car aucune vérité ne peut être tirée après seulement 90 minutes de compétition.
Autant partager ce bonheur, vivre comme une première allégresse une partition réussie à défaut d'être accomplie. Les petites fébrilités défensives, les excès de facilité à l'image du but encaissé sur une étourderie de Nkoulou, sont compensés par le feu d'artifice initial.
Quand les talents mettent leurs compétences au service du collectif, ce groupe dégage la force attendue. Il a été construit, amélioré pour parvenir à des émotions douces et belles. L'OM ne réalisera pas cette performance chaque fin de semaine, mais il convient de comprendre pourquoi l'équipe a inscrit trois buts dans le premier quart d'heure: la présence offensive dans la surface de réparation adverse. Construire, animer, occuper la largeur du terrain, maîtriser la possession du ballon sont les premiers atouts dans l'élaboration des phases offensives. Proposer des centres, les réussir, installer trois ou quatre joueurs dans la zone de vérite donne une photographique réaliste de l'ambition d'une équipe. Le projet est dessiné. Il reste à le réaliser lors des prochains mois.

On avance ensemble, on réussit ensemble

Pour cette première, l'OM a réussi le mariage de tous ses ingrédients. Elle est conforme à l'esprit du club, apporte des premières indications.
Oui, il y a toujours à redire : des imperfections, des inattentions, des incompréhensions dans le placement, des détails susceptibles d'inviter Elie Baup à apporter des corrections rapides pour diminuer le nombre d'occasions concédées, mais il est juste de souligner les points positifs : les apports de Payet, Imbula. La forme de Valbuena. Le but de Gignac. L'inspiration de Mandanda sur le penalty de Yatabaré. L'état d'esprit développé la saison dernière, surtout, ancré dans les gènes de ce groupe, la base de toute réussite collective. On avance en semble, on réussit ensemble.
Elie Baup s'y attelle au quotidien. C'est un travail de l'ombre, il est moins glamour qu'un retourné acrobatique de Mathieu Valbuena claqué par Samassa, mais il est indispensable pour alimenter une osmose souvent fragile dans un sport collectif.
L'histoire frémit à peine. Elle s'accompagne d'un large sourire. Gardons-le...