OM - Atlético (0-3) : Tellement cruel...

mer 16 mai à 22:43
Par 
OM
Photos © 
OM.net
Le peuple marseillais avait pourtant répondu présent. Nul doute que les encouragements des supporters de la fan zone de l’Orange Vélodrome ont dû faire écho à ceux des chanceux qui avaient effectué le déplacement à Lyon. Cela n’aura pas suffi. Dans une finale, il y a toujours un gagnant et un perdant. C’est ce qui fait la beauté du sport. C’est ce qui le rend aussi si cruel et si douloureux parfois.

On attendait avec impatience l’entrée en matière des Olympiens. Ils n’ont pas déçu. Déterminés et portés vers l’avant, les hommes de Rudi Garcia sont parfaitement rentrés dans cette finale. Face au bloc madrilène, l’OM a eu la maitrise du ballon. Une première intervention de Steve Mandanda face à Diego Costa, des ballons plutôt bien maitrisés et une première grosse occasion signée Valère Germain après trois minutes de jeu. La charnière centrale composée de Luis Gustavo et Adil Rami a parfaitement répondu aux attentes. Avec un Morgan Sanson très inspiré et un Lucas Ocampos percutant sur son côté, l’OM fait plaisir à voir. Les Espagnols sont bousculés par des Marseillais qui jouent très haut et qui remportent la plupart des duels.
Mais à la 21ème minute, sur une relance de Steve Mandanda dans l’axe, André-Frank Zambo Anguissa rate son contrôle, Gabi récupère le ballon et lance Antoine Griezmann qui ouvre le score (0-1). Le réalisme espagnol est cruel, mais pas autant que la sortie de Dimitri Payet après une demi-heure de jeu. Touché à la cuisse, le capitaine olympien quitte le terrain en pleurs. 27 ans après celles de Basile Boli à Bari, les larmes du capitaine sont insoutenables. Maxime Lopez le remplace, l’OM s’accroche et rentre au vestiaire avec un but de retard.

L’Atlético à l’expérience
 

La pluie s’est invitée dans cette finale. Les Madrilènes effectuent une bien meilleure entame de période et à la 49ème minute, ils doublent la mise avec une nouvelle fois Antoine Griezmann à la finition. Les Olympiens sont sonnés. Clinton Njie entre en jeu en lieu et place de Lucas Ocampos. L’OM tente de maintenir la pression mais reste vulnérable. Forts de leur expérience, les Colchoneros gèrent la fin de rencontre. A la 73ème minute, Kostas Mitroglou remplace Valère Germain.
L’attaquant grec touchera même le poteau à la 80ème minute.  L’OM, qui a renversé tant de rencontres cette saison, ne parviendra pas à changer le cours de la rencontre. Pire, à quelques secondes du coup de sifflet final, Gabi trouve le chemin des filets. 0-3 : le score est sévère.

Après 1999 et 2004, l’OM s’incline donc une nouvelle fois en finale de la C3. Mais les Marseillais n’ont pas à rougir de leur prestation. Leur parcours européen reste exceptionnel. A son arrivée à Marseille, Rudi Garcia avait annoncé deux objectifs : remplir l’Orange Vélodrome et amener l’OM vers les sommets européens. C’est désormais chose faite !