Rudi Garcia : «Régularité et constance»

01 déc 2017
Par 
OM.net
Vidéo © 
OM.net
A deux jours du déplacement de son équipe à Montpellier, en clôture de la 16e journée de Ligue 1 Conforama 2017-2018, Rudi Garcia a répondu aux questions des journalistes en conférence de presse.
Le classement de l’OM

«A Metz, on a juste fait notre boulot mais on est deuxième parce que Monaco et Lyon ont perdu. Nous devons continuer la série. Montpellier n’a qu’une défaite sur les dix derniers matches. L’an dernier, on avait perdu là-bas car ils avaient profité de nos erreurs.
«On n’a perdu que deux matches mais si nous n’avions pas gagné les deux premiers, nous ne serions pas deuxièmes. La régularité et la constance font que notre classement est meilleur. Une troisième victoire de rang nous aiderait à rester là-haut. J’utilise plein de ressorts et comme tous les entraîneurs, je m’adapte aux moments.»

Garder la tête froide

«Rien n’est facile, il faut être vigilant et rester concentré. On a gagné à Metz plutôt facilement à en juger les commentaires mais cela n’a pas été simple. On a gagné largement car on a joué à 100%. On sait où on met les pieds, Montpellier a tenu tête aux grandes équipes du championnat. Il faut continuer à être solide derrière et à marquer à chaque match. L’objectif est de gagner dimanche. Montpellier est une équipe difficile à manœuvrer et c’est la meilleure défense du championnat mais Paris et Caen l’étaient aussi quand on les a affrontés.»

L’objectif

«L’ambition est de finir le plus haut possible. Deuxième, c’est mieux que troisième mais on n’est qu’en décembre, on verra plus tard. Le PSG finira la saison avec le double d’avance, ils n’ont pas de concurrent sérieux en L1 cette année. L’an passé, ils sont tombés sur un très bon Monaco.»

Les attaquants peu en réussite

«Je ne suis pas inquiet, ils travaillent à l’entraînement, nous sommes proches d’eux et ils ont notre confiance. Nous sommes deuxièmes sans que nos attaquants de pointe ne fonctionnent, quand ça marchera, ce sera un plus indéniable. Un attaquant, même quand on gagne 5-0, s’il ne marque pas, il n’est pas content. Mais les autres joueurs marquent aussi grâce au travail des attaquants. Quand cela fait quatre mois que quelqu’un fait son travail et qu’il est descendu en flèche, c’est normal qu’il ne soit pas en confiance. Il est très important de les faire travailler. Ils répètent leurs gammes et se concentrent sur les gestes.»

Conférence de presse