Happy « magic » Birthday, Chris !

14 déc 2017
Par 
OM.net
Vidéo © 
OM.net
Le génial Anglais, Olympien de 1989 à 1992, fête ce jeudi ses 57 ans. L’occasion de (re) voir des gestes qui n’ont pas pris une ride.

Christopher Ronald WADDLE est né le 14 décembre 1960 à Gateshead, une banlieue populaire de Newcastle où il a grandi. Il débarque sur la Canebière en juillet 1989 pour la gigantesque somme pour l’époque, de 5,5 millions d’euros.

Le transfert le plus important de l’histoire du football franco-britannique à ce moment-là.

Deux semaines environ après son arrivée, Gérard GILI, l’entraîneur olympien dirige son équipe pour le premier match de la saison à Lyon. L’international anglais, qui a doublé ses séances depuis son arrivée pour être en forme, remplace Carmelo Micciche à la mi-temps. L’OM s’impose 4-1, mais Chris WADDLE finit le match épuisé…

La barrière de la langue, le climat, le poids de son transfert, l’absence de sa famille, de nouveaux équipiers… WADDLE vit trois mois difficile. Pourtant, lui qui a connu la galère, a travaillé à l’usine, qui a failli devenir hooligan à Sunderland, traverse cette période d’adaptation avec ce trait d’humour si particulier qui ne l’a jamais quitté durant ses 20 ans de carrière et ses 14 clubs.

Artiste du ballon et clown parfois, Chris WADDLE, ex-attaquant de Newcastle ou Tottenham entre autres, est un homme simple, qui déteste faire parler de lui.
Baptisé à l’Orange Vélodrome « Magic » pour ses dribbles ahurissants et ses facéties, Chris « Magic » WADDLE qui a rendu ses lettres de noblesse à la feinte de corps, devient donc le chouchou du public marseillais. Entre 1989 et 1992, l’Anglais qui inscrit 27 buts en 140 matchs, est élevé au rang de légende vivante. Inoubliable.  

Son coup d’éclat le plus célèbre restera à jamais ce magnifique but marqué du pied droit, lui, le gaucher contre les « Rossoneri » d’Arrigho SACCHI.

Le 20 mars 1991, l’OM reçoit l’AC Milan en Coupe d’Europe des Clubs Champions. Chris WADDLE est mis K-O debout lors d’un choc à la tête sans gravité avec le défenseur Paolo MALDINI.

Il n’aura aucun souvenir de la rencontre.

Oubliés sa reprise de volée décisive, son coup franc de la 80e minute, son ultime percée dévastatrice et la panne électrique.

Héros malheureux d’une soirée que l’Anglais avait rendue… « Magic ».

Anniversaire