Caen - OM | La conférence de presse d'André-Frank Zambo Anguissa

18 jan 2018
Vidéo © 
OM.net
André-Frank ZAMBO ANGUISSA s’est présenté en conférence de presse pour évoquer, entre autres, la prochaine rencontre de l’OM face au Stade Malherbe de Caen.
Sur son état de forme…

Mardi soir, face au Racing Club de Strasbourg,  j’ai pris un gros coup à la cheville. Elle était assez enflée,  mais aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. Je suis apte pour le match de demain.

Sur la prochaine rencontre face à Caen…

Les Caennais sont venus à l’Orange Vélodrome et ont pris « une valise » (NDLR : défaite 5-0), ils vont être revanchards. Cela serait en tout cas mon état d’esprit si j’étais à leur place. Cela risque donc d’être un match difficile pour nous. Ils vont mettre beaucoup d’impact et d’intensité. A nous d’être au niveau. Si nous y parvenons, il ne peut rien nous arriver.

Sur les enjeux…

Face à Caen, nous avons gagné aisément l’an dernier (1-5) ainsi qu’en début de saison. Mais il n’y aura pas de complexe de supériorité de notre part. Nous ne sommes pas comme cela dans le groupe. Le mot d’ordre reste l’humilité. Nous partons à Caen pour gagner, mais pour y parvenir, il faudra faire preuve d’engagement à tous les niveaux.

Sur le rythme actuel des matchs…

On enchaîne les matchs tous les trois jours. Ce n’est pas évident, mais quand exerce un tel métier, on a envie de jouer et de jouer le maximum de rencontres. Il faut faire avec et s’adapter.

Sur la bonne période de l’OM…

Quand tu es un compétiteur et que tu as de l’ambition, tu veux toujours viser plus haut. Mais il ne faut pas non plus s’enflammer. Il faut prendre les matchs les uns après les autres et essayer de faire mieux que la saison dernière. Ce que je peux dire, c’est que nous sommes en confiance. Nous sommes solides et solidaires. Dans le vestiaire, tout se passe pour le mieux. Si nous conservons cet état d’esprit, rien ne  pourra nous arriver. Nous n’avons rien à envier à Monaco ou à Lyon. L’équipe a gagné en régularité. Il faut poursuivre dans cette direction.

Sur la concurrence à son poste…

Dans un club comme l’Olympique de Marseille, tu ne peux pas être effrayé par la concurrence. Elle est naturelle. Elle fait partie de ton quotidien et doit te permettre de progresser. Tous les jours, tu repars de zéro et tu donnes tout ce que tu as lors des entraînements puis en matchs. Le coach a prévenu tout le monde. On sait qu’il y a beaucoup de rencontres à disputer. Toutes les places sont chères. Il faut se battre pour gagner la sienne. Et c’est bénéfique pour l’ensemble de l’équipe.  Quand je regarde en arrière et que je dresse un bilan depuis mon arrivée, je me dis que le travail finit toujours par payer. Il faut que je m’accroche et que je continue à travailler dur. J’ai encore beaucoup de choses à parfaire. Je ne vais rien lâcher.

Sur son modèle Yaya Touré…

Yaya Touré : il est complet. Il récupère beaucoup de ballons et marque des buts. En dépit de son gabarit, il est très fort techniquement. C’est un modèle. Le joueur dont j’ai le plus envie de m’inspirer et de me rapprocher. Aujourd’hui le poste de milieu de terrain a évolué. Que l’on soit défensif ou offensif, il faut marquer. C’est un secteur dans lequel il est performant. Un secteur dans lequel je dois m’améliorer tout comme dans la concentration. A certains moments, je me relâche. Il faut que je me corrige. Le coach m’aide beaucoup. Il est toujours aussi exigeant.

Conférence de presse